+33.1.86.95.21.65
créée le 22 / 07 / 2015

Actualité économique - #Juillet 2015

Chaque mois, Carte Financement vous propose les Banks Gossips. En moins de 5 minutes, vous allez découvrir une sélection d’événements récents ayant affecté les banques dans le monde. L’industrie bancaire n’aura plus de secrets pour vous.










DIGITAL

BNP Paribas, la banque d’un monde qui change

BNP Paribas poursuit sa mue sur les réseaux sociaux.

Elle vient en effet de signer des accords tout azimut avec quatre géants du Web devenus incontournables :

  • Google (renforcer l’accessibilité de ses services au plus grand nombre, ainsi que la pertinence de ses offres en fonction des attentes des clients)
  • Twitter (faciliter l’accessibilité de ses services, utiliser la data publique de Twitter, digitalisation de l'ensemble des métiers),
  • Facebook (bénéficier d’une plateforme de communication internationale),
  • et LinkedIn (utiliser le ‘social selling’ comme un nouveau moyen pour aller chercher des prospects et clients).
  • Convaincue que la transformation digitale sera structurante pour rester dans la course, BNP Paribas .souhaite bénéficier pleinement des révolutions dans la relation client.

    La Banque Postale veut garder le contact

    Les conseillers de la banque jouent la proximité sur Facebook.

    Ils ont en effet accès à une banque de contenus alimentée en amont par l’équipe digitale. Ils sont informés par le biais d’alertes, lorsque les usagers changent leurs statuts, lors d’événements majeurs de leur vie (mariage, naissance, etc.). Résultats espérés : nouer une relation forte avec ses clients, multiplier les points de contacts.

    La guerre des monde : Web vs agences

    Dans un contexte peu porteur pour le trading, les banques américaines réduisent les coûts. Les effectifs de Bank of America ont baissé de 7 % sur un an. Et, 5% de ses agences ont fermé. Ses dirigeants indiquent que les clients réalisent eux-mêmes de plus en plus d’opérations financières sur internet (DIY).

    Même tendance chez Citigroup, qui a affiché ses meilleurs résultats depuis huit ans, mais qui réduit ses implantations aux Etats-Unis et à l’étranger.



    REGLEMENTATIONS


    Pas de changement en France pour le cautionnement

    L’Autorité de la concurrence estime qu'il est «matériellement difficile» de séparer l'offre de crédit de la caution bancaire. Elle s’oppose ainsi à une revendication d’UFC-Que Choisir, qui souhaitait que l’emprunteur puisse choisir l’organisme apportant le cautionnement, puisque, outre Crédit Logement, six autres sociétés de caution offrent une prestation similaire.

    Au final, l’établissement financier est donc autorisé à continuer à présenter de façon groupée son offre de crédit et son système de caution.

    Un site collaboratif sur la Loi Hamon

    Un nouveau site a été créé, (www.suivi-equivalence.com), afin de fédérer les retours d’expérience des professionnels de l’assurance et du crédit autour du mouvement initié par la Loi Hamon et de l’avis du Comité du Secteur Financier (CCSF) en matière d’assurance emprunteur.

    Ces professionnels peuvent de façon collaborative sur ce site déposer leurs retours d’expérience et cas concrets. De quoi permettre au site de publier ensuite régulièrement des synthèses et de s’appuyer sur leurs expériences dans les débats autour de l’amélioration du dispositif.



    ALLEMAGNE


    Les parlementaires allemands ont entamé une réflexion, afin de transposer la directive sur le redressement et la résolution des banques (« BRRD »), qui stipule dans quels cas les créanciers privés doivent participer au renflouement ou à la liquidation une banque défaillante.

    Les simples déposants pourraient être sollicités comme d'autres créanciers, mais en dernier ressort, après d'autres catégories d'investisseurs (actionnaires, détenteurs de dette subordonnées). Le cas chypriote a ouvert la brèche.



    ETATS UNIS


    Des expatriés en mauvaise posture

    La loi américaine Fatca (Foreign Account Tax Compliance Act), adoptée en 2010 pour lutter contre l’évasion fiscale, ne fait pas l’unanimité. De nombreux Américains se voient refuser l’ouverture d’un compte bancaire dans le pays dans lequel ils sont expatriés. Cette loi porterait préjudice à 8,7 millions d’Américains vivant à l’étranger et à 12,6 millions de détenteurs de la fameuse Green Card.

    Le sénateur américain Rand Paul, ainsi que des plaignants représentés par l’association Republicans Overseas Action Inc., veulent revenir sur ce texte, dont ils contestent la constitutionnalité.




    Pour nous suivre et bénéficier de notre veille et de nos conseils, Carte Financement est aussi sur :

    Twitter
    LinkedIn