+33.1.86.95.21.65
créée le 18 / 04 / 2016

Actualité économique - #Avril 2016

Chaque mois, Carte Financement vous propose les principales actualités concernant le secteur de la banque. En moins de 5 minutes, faites le tour du monde de la banque et de la finance : FinTech, épargne, crédit, financement d'entreprise, fiscalité, scandales bancaires, fusions et acquisitions...













thème"/

Vaulx-en-Velin vs Panama

La Nef est une coopérative financière qui offre des solutions d’épargne et de crédit orientées vers des projets ayant une utilité sociale, écologique et/ou culturelle. Depuis le 4 avril, la Nef a élargi son offre de services consacrée aux entreprises de l’économie sociale et solidaire. Outre des prêts à long terme, elle a étoffé sa palette pour couvrir tous leurs besoins : compte courant, besoin en fonds de roulement, etc. Elle emploie 80 salariés. Avec un siège social à Vaulx-en-Velin, la Nef a choisi de se déployer en France en faisant appel à des conseillers bancaires itinérants.

De nouveaux produits vont aussi être lancés à destination des particuliers. La jeune banque offre également des solutions de financement participatif, “Prêt de chez moi” pour les prêts, et “Zeste” pour la collecte de dons (#FaitesUnZeste).

Les 3 banques privées les plus connues

L'Observatoire de la banque privée Swiss Life/Opinion Way a mesuré pour la 3e année consécutive la notoriété des banques privées en France. Le panel a été constitué de 335 individus représentatifs des 5% des Français les plus riches (gagnant plus de 72 000 € net annuels), soit environ 2 millions de personnes.

Les trois banques privées, qui se détachent assez nettement en notoriété spontanée, sont BNP Paribas Banque Privée avec 28% de mentions, HSBC Private Banking (24%) et la Compagnie financière Edmond de Rothschild (23%).

Mais, en termes de part de marché, l’ordre est différent. C’est BNP Paribas Banque privée qui arrive en tête (23% des personnes interrogées déclarent être clients), suivi de Crédit Agricole Banque Privée (16%), et de LCL Banque Privée (16%).

Les banques captives de grands groupes se distinguent donc, mais il est à noter des variations assez importantes par rapport au dernier baromètre, qui date de 2015.

Cette clientèle présente des caractéristiques intéressantes :

  • 43% des clients en Private Banking ont plus de 10 ans d’ancienneté,
  • Moins d’un tiers a déjà changé de banque ou est multi bancarisé,
  • Au moins un client sur deux confie plus de la moitié de son patrimoine financier à sa banque privée,
  • Et, il reste du potentiel, puisque seulement 45% des sondés ont déclaré être clients d’au moins une banque privée.
  • BNP Paribas joue l’ouverture

    L’Atelier BNP Paribas a lancé un programme d’open innovation. Sur 142 candidatures, huit start-ups Fintech/Assurtech ont été sélectionnées. Elles vont co-innover en binôme avec les opérationnels de la banque pour imaginer de nouvelles opportunités business et de nouveaux produits et services pour les clients.

    Le témoignage de Yoann Jaffré, qui dirige l’Open Innovation Lab, et de 3 start-ups :

  • Amalfi premier courtier d'assurance peer-to-peer en France. La start-up permet à ses clients de diminuer le coût de leur assurance grâce à l'analyse des données comportementales et à la gestion de communautés. Il va collaborer avec BNP Paribas Cardif.
  • Fortia Financial Solutions est une RegTech française. Basé sur l'intelligence artificielle, le machine learning et l'intelligence collaborative, les solutions Fortia impactent fortement la gestion de la conformité. Elle va travailler avec BNP Paribas Securities Services.
  • LogMote est un service d'authentification unifiée qui gère à la fois les accès aux applications ainsi qu’aux services Cloud. Avec un smartphone qui libère et accélère l’expérience utilisateur, elle va travailler avec la banque de détail.

  • banque"/

    Fintech : les banques pourraient garder la main

    Les résultats d’une enquête menée par le groupe canadien de services IT CGI, auprès de 1.670 consommateurs dans huit pays, montre que les banques et les Fintech sont peut-être complémentaires. Une large majorité de clients souhaiteraient en effet que ce soit leur banque qui leur fournisse les services imaginés par les start-ups de la finance.

    Parmi les 12 familles de services proposés par les start-ups de la finance, dont l’aide à la gestion de ses finances personnelles ou encore le financement participatif, il apparait que la sécurité reste la priorité des consommateurs.

  • Pour les 4 prochaines années, 78 % des personnes sondées appellent de leurs vœux des solutions contre la fraude ou la cybercriminalité.
  • 69 % d’entre elles estiment que c’est aux établissements financiers de parer le risque de vol de données.
  • Et, de même, pour 67 %, concernant la menace d’usurpation d’identité.
  • Il s’agit néanmoins d’une course contre la montre car les opérateurs télécoms sont en embuscade.


    thème"/

    30% des emplois bancaires sont menacés

    Plus de 19 Mds$ ont été injectés dans les nouvelles technologies émergentes de la finance en 2015, 10 fois plus qu’en 2010 selon Citi et CB Insights. Plus de 70% de ces investissements visent à offrir aux consommateurs une meilleure expérience client. En Chine, les géants d’Internet ont déjà supplanté les grandes banques dans certains cas.

    En 2023, environ 17% des revenus bancaires en Amérique du Nord seront impactés par la disruption digitale selon Citi. Les banques s’y préparent en réduisant leurs coûts, un mouvement initié avec la crise financière de 2008. Comme les agences et les emplois liés pèsent 65% du coût du retail banking, beaucoup de ces jobs risquent d’être automatisés.



    Pour Amy Webb, Fondatrice de Future Today Institute, comme les ordinateurs deviennent intelligents, on n’a plus besoin des hommes pour servir d’intermédiaires. Elle s’exprime au futur proche.


    thème"/

    Les banques chinoises passent du côté sombre de la force

    Le bénéfice des grandes banques chinoises a stagné en 2015. Chez Agricultural Bank of China, le taux de créances douteuses est passé de 1,54 % fin 2014 à 2,39 % fin 2015. Les établissements financiers ont aussi été affectés par la baisse des taux d’intérêt. Elles ont donc décidé de réduire leurs dividendes.

    Selon les Echos, pour éviter de se rapprocher du taux de couverture réglementaire de 150 %, les banques cherchent des faux-fuyants. Le WSJ indique même qu’elles auraient recours au « shadow banking » en créant de toute pièce des cocktails d’actifs à haut rendement, qui pourraient avoir un impact sur la liquidité du marché.

    Pour alléger le bilan des banques, les autorités chinoises gouvernement envisagent d’échanger une partie des dettes d’une société contre une partie de son capital.



    banque"/

    Ethique

    Rebondissant sur l’actualité, la Revue Banque va mis en ligne un dernier sondage : « Éthique : les banquiers français devraient-ils prêter serment, comme les médecins ? »

    Seuls 55% des 164 votants ont répondu Non à la question.

    Tous les sondages de la Revue Banque : bit.ly/1N3O5ga

    http://bit.ly/1N3O5ga

    *****

    Pour nous suivre et bénéficier de notre veille et de nos conseils, Carte Financement est aussi sur les réseaux sociaux :

    Twitter
    LinkedIn