+33.1.86.95.21.65
créée le 26 / 07 / 2017

Les bureaux franciliens attirent aussi les investisseurs étrangers

L’appétit des investisseurs étrangers pour le marché de Paris intramuros et de sa région résulte de divers facteurs propres, comme la profondeur du marché locatif, un des taux de vacance les plus bas d’Europe et un taux de rendement attractif. Le Brexit, l’élection de Macron et certains projets d’infrastructures comme le Grand Paris Express renforcent la tendance.









En 2016, les Français ont représenté 71% des montants engagés du marché des bureaux en Île-de-France.
Néanmoins, pour les transactions supérieures à 200M€, les investisseurs internationaux grimpent à 44% du marché. Ils se focalisent sur la région parisienne.


Les investisseurs asiatiques consolident leur position sur le marché de l'immobilier de bureau parisien

Les Coréens du Sud ont investi près d’un milliard d’euros en Ile-de-France en 2016, comme :

  • La vente du futur siège de Novartis à Rueil-Malmaison vendu à Korean Investment Securities pour 340M€.
  • L’acquisition par Korea Post de l’immeuble Natixis, rue Montmartre pour un peu moins de 180 M€.
  • Pour Olivier Ambrosiali, Directeur Investissement, BNP Paribas Real Estate Transaction France, le fait que Fosun, un grand groupe privé chinois, actionnaire du Club Med, ait repris récemment la moitié du capital de Paref, montre une volonté d’investissement à long terme dans l’Hexagone.

    Des européens toujours actifs sur les acquisitions immobilières

    La Banque Centrale de Norvège s’est distinguée en 2016. L’immeuble Vendôme Saint Honoré a été vendu à Norges Bank pour 1Md€. Son patron Yngve Slyngstad souhaite investir dans le haut de gamme dans une dizaine de « Villes Monde » comme Londres, New York et San Francisco.

    Par ailleurs, Deka Immobilien, dont le siège est à Francfort, étudie actuellement 500 M€ d’acquisitions. Il vient de mettre la main sur le magasin Conforama de l’avenue de la Grande Armée (75017), pour 60M€. D’autres firmes allemandes sont aussi présentes comme Union Investment, Realis ou Commerzreal.

    Les investisseurs étrangers représentent une part considérable des acquisitions de bureaux en 2017

    Depuis janvier, les acquéreurs internationaux ont capté 52 % des volumes. Sur le premier semestre 2017, les Allemands sont les premiers investisseurs étrangers selon Jones Lang LaSalle France, devant les Américains.



    Nationalités acquéreurs bureaux paris

    Ivanhoé Cambridge, qui est la division immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec, vient de réaliser la « Première pelletée de terre » de DUO dans le XIIIe arrondissement en mai dernier. Ce bâtiment accueillera en 2021 les collaborateurs de Natixis.

    Un marché de l'immobilier actif

    Les investisseurs étrangers ont beaucoup vendu fin 2016, notamment avec la fin de la convention franco-luxembourgeoise.

    Pour les experts de Jones Lang LaSalle, (http://www.jll.fr/france/fr-fr), ils ont encore cédé près 1,8 Md€ d’actifs (38 % de l’activité) au cours de la première moitié de l’année.

  • Les américains ont réalisé plus d’1 Md€ de cessions
  • Suivis des investisseurs allemands (400 M€)
  • Selon des sources citées par l'agence Bloomberg, le fonds souverain Abu Dhabi Investment Authority (ADIA) chercherait actuellement des acheteurs pour des immeubles de bureaux estimés à 1,5Md€. ADIA entend ainsi profiter d'une demande accrue de bureaux dans la capitale française, notamment à la Défense.

    En comparaison, les investisseurs français ont, quant à eux, vendu pour 2,9Md€ d’actifs au cours du premier semestre.



    Pour nous suivre et bénéficier de notre veille et de nos conseils, Carte Financement est aussi sur les réseaux sociaux : Twitter & Linkedin

    CarteFinancement © 2012  |