+33.1.86.95.21.65
créée le 09 / 04 / 2018

Le Médiateur du crédit, un organisme d'aide pour les professionnels et entreprises en difficulté

Défaut de paiement, erreur de gestion, conjoncture défavorable…De nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) sont susceptibles de rencontrer des difficultés avec un ou plusieurs établissements financiers.

La médiation du crédit a été créée en 2008 dans l’objectif de faciliter et débloquer les négociations entre les banques et les entreprises pour l’obtention ou le renouvellement d’un crédit. Un récent rapport montre toutefois que le nombre d’entreprises faisant appel à la médiation du crédit a baissé de 17 % en 2017.

Le rôle du Médiateur du crédit décrypté

Le Médiateur du crédit a pour mission d’aider les entreprises à résoudre les difficultés qu’elles peuvent rencontrer avec leurs partenaires bancaires ou assureurs-crédit pour financer leur activité professionnelle. Dans un premier temps, le Médiateur doit s’assurer que l’entreprise est viable et la demande de son dirigeant légitime et justifiée. Il propose ensuite des solutions de financement pérennes et acceptables pour l’entreprise et les partenaires financiers. L’objectif est de trouver un juste équilibre qui permettra aux professionnels de poursuivre leur activité, et à la banque, de ne prendre aucun risque injustifié ou anormal.

Quelle que soit la raison pour laquelle une entreprise a un contentieux avec son créancier, il lui est possible de saisir le Médiateur du crédit sur Internet et obtenir une réponse sous 48 heures.

Les saisines de la médiation du crédit sont en baisse

En 2017, le nombre de dossiers transmis au Médiateur du crédit a encore diminué, avec 2.302 saisines, soit une baisse de 17 % par rapport à 2016. Au total, 1.514 dossiers ont été acceptés, 1.394 ont été instruits et clos et plus de 900 entreprises ont pu obtenir leur crédit, indique le rapport d’activité de la médiation publié le 14 mars 2018. Le médiateur national du crédit, Fabrice Pesin, ajoute également que « toutes les régions ont connu une baisse d’au moins 10 % des saisines », un constat qui s’explique en partie par la reprise économique.