+33.1.86.95.21.65
créée le 30 / 10 / 2013

Les entreprises françaises retrouvent-elles leur compétitivité ?

La compétitivité des entreprises françaises

Redressement du crédit d’impôt compétitivité /emploi

Les parts de marché françaises, dans les exportations de la zone euro, ont cessé de reculer et se stabilisent à 12,8% durant les huit premiers mois de 2013. Cet équilibre, fait suite à plusieurs années de perte de compétitivité de la part des entreprises françaises. Coe-Rexode explique ce phénomène par divers facteurs dont les plus influents ont certainement été l’arrivée des 35 heures et l’augmentation du coût salarial. Cet effet atténué, certaines politiques industrielles ont permis de redresser la situation : impôt recherche, Oséo, pôle de compétitivité… et plus récemment le crédit d’impôt compétitivité /emploi. Mis en place en janvier 2013, il apporte une baisse des cotisations sociales sous la forme d’une réduction d’impôt.

Les parts de marché à l'export

Exportations de biens français dans le monde

Parmi les secteurs où la France s’illustre, les produits pharmaceutiques et les biens d’équipement hors matériels de transport gagnent des parts de marché à l’export. Les marchés où la France a le plus progressé sont la zone euro, l’Amérique latine et les PECO. D’après l’INSEE, les exportations de biens français dans le monde, ont représenté, en 2011, 420 milliards d’euros.

La France semble peu à peu regagner des atouts pour reconstruire sa compétitivité. Ainsi les produits issus de l’Hexagone sont appréciés du marché et perçus comme étant de bonne qualité. Leur prix reste toutefois plus élevé que la moyenne du marché mais ce mouvement s’atténue car le principal exportateur européen, l’Allemagne, a vu les prix de ses produits augmenter.

Toutefois, la France n’atteint pas encore le niveau de l’Allemagne puisque l’EBE industriel français représente 24% de l’EBE industriel allemand au premier semestre 2013. On note toutefois une nette amélioration, puisqu’en 2000, ce rapport était de 56,2%. Si les entreprises françaises ne retrouvent pas directement leur compétitivité, elles semblent néanmoins s’engager dans un cercle plus vertueux grâce à un contexte légèrement plus favorable.

Les solutions de financement se développent

Pour les entreprises qui souhaitent se lancer, l’exportation demande souvent un apport important en fonds propres surtout pour les PME. Il s’agit de mettre en place une stratégie toute nouvelle, dans des marchés différents. Dans ce contexte, les solutions de financement se développent et deviennent une réelle préoccupation pour les établissements bancaires.