+33.1.86.95.21.65
créée le 17 / 04 / 2015

Le crédit immobilier comme variable d ’ajustement en Chine


Face au risque déflationniste et à des surcapacités persistantes, Pékin veut réveiller son marché immobilier. Il vient d’abaisser l'apport minimal requis pour l'achat d'une résidence secondaire, ce qui donne plus de place au crédit immobilier. Le secteur immobilier au sens large (ciment, acier, etc.) représenterait environ un quart du PIB chinois.





Selon le cabinet indépendant China Index Academy, le prix moyen d'un logement neuf dans 100 des plus importantes villes du pays a baissé de 4,35% sur un an pour s’établir à 10 523 yuans (1 697 dollars) le mètre carré. Une remontée durable des prix est peu probable en raison de stocks abondants d'appartements invendus.


New home prices in 70 chinese cities

Longtemps, les Chinois ont été tentés d’investir dans la pierre, car les établissements financiers offraient des taux d’intérêt réels négatifs, ce qui n’est plus le cas.

Un cadre plus favorable

Plusieurs mesures ont été prises ces derniers mois pour mettre de l’huile dans les rouages :

  • La banque centrale chinoise (PBOC) a abaissé à 40% l'apport minimal requis pour acheter une résidence secondaire, contre 60% auparavant
  • Et même à 30% pour ceux qui ont déjà remboursé leurs prêts
  • L'apport personnel pour l'achat d'un premier logement passe de 30 à 20% du prix total
  • Une taxe spéciale sur les ventes de logements revendus dans les 2 ans suivant leur achat initial va être supprimée
  • Certaines petites banques se sont aussitôt alignées sur ces nouveaux seuils, en offrant même en bonus des discounts jusqu’à 30% sur les taux.

    Le jour de l’annonce, au Shanghai Stock Exchange, les valeurs immobilières ont connu leur plus forte hausse depuis 6 ans, certaines atteignant même le plafond journalier maximal de 10%.

    Ce nouveau paquet, destiné à relancer les transactions et la construction, fait suite à d’autres décisions, qui vont dans le même sens :

  • La PBOC a abaissé ses taux d'intérêts à deux reprises depuis novembre
  • Elle a également réduit les ratios de réserves obligatoires imposés aux banques
  • Une réaction des banques incertaine

    Grâce à cette bouffée d’oxygène, plusieurs analystes tablent sur un rebond à court terme. Mais, certaines banques préféreront sans doute continuer à se concentrer, soit sur le financement immobilier des maisons les plus grandes, soit réserver leurs ressources à d’autres types de prêts plus rémunérateurs. Traditionnellement, les groupes bancaires prêtent principalement aux grandes entreprises publiques.

    La ruée des petits actionnaires

    Qu’en pensez ? Le dernier virage pris par les autorités du pays ressemble quelque part à une politique de stop and go, puisque le niveau d’apport avait délibérément été porté à un niveau relativement coercitif il y a 4 ans pour éviter la surchauffe.

    Paradoxalement, selon l’analyse de Tom Orlik, économiste chez Bloomberg, l’atonie récente du marché immobilier a poussé des millions de Chinois à spéculer en Bourse, principalement des non diplômés, jusqu’aux chauffeurs de taxis, comme le montre le schéma ci-dessous.


    Highest level of education attained

    Leur ruée de ces nouveaux joueurs expliquerait selon lui le mystérieux rallye du marché boursier chinois de ces derniers mois. Il s’agit d’une nouvelle tendance, car, longtemps, l’achat d’un appartement ou d’une maison avait clairement séduit les ménages chinois, notamment après le krach de 2008.

    Le peuple Chinois, connu pour son habilité à faire du commerce, se montre particulièrement ingénieux pour modifier ses comportements en fonction du contexte. Comme dans le film, « Wall Street » avec Michael Douglas, la phrase mythique « Money Never Sleeps ».est aussi vrai dans les faubourgs de Beijing ou de Guangdong.

    L’engouement d’investisseurs non avertis pour la place de Shanghai pourrait au final présenter autant d’effets pervers que la frénésie immobilière, que Pékin cherchait précisément à endiguer. Faute de pouvoir trouver une réponse unique aux défis de son marché domestique, sans parler du taux de change, le pays des Dragons aura du mal à prévenir tous les risques.




    Pour nous suivre et bénéficier de notre veille et de nos conseils, Carte Financement est sur :

    Twitter Carte Financement
    LinkedIn Carte Financement