+33.1.86.95.21.65
créée le 27 / 11 / 2015

Le courtier Valorama facilite la vie des emprunteurs

Valorama a été créé début 2012, pour répondre aux besoins de nombreux assurés qui se cassent les dents, car ils n’entrent pas dans les grilles trop strictes des compagnies d’assurance. Valorama propose différentes prestations, notamment l’assurance emprunteur et l’assurance homme-clé.

Avant de se lancer dans le courtage, le fondateur de Valorama, Pierre Thunus, a travaillé de nombreuses années dans le secteur de l'assurance ainsi que dans la banque pour une clientèle privée internationale. Il nous explique comment son cabinet surmonte certains blocages et permet aux emprunteurs de réaliser leurs projets.






Quel est l’intérêt de passer par un courtier ?

Concernant l’assurance de prêt, les Français ont longtemps eu une confiance aveugle dans leurs banquiers. Ils ignoraient malheureusement que les banques se battaient pour offrir des taux compétitifs pour les crédits immobiliers, en faisant dans le même temps de coquettes marges sur l’assurance liée à ce prêt, cette dernière couvrant en particulier le risque de décès.

L’intérêt du courtier dans ce contexte est de faire jouer la concurrence pour dénicher le bon contrat au juste prix. Il ne s’agit pas d’une décision anodine, non seulement parce que les montants en jeu sont importants, mais aussi en raison des garanties inclues ou non.

Chez Valorama, nous avons sélectionné une trentaine de contrats, une base suffisante pour proposer à chaque client la bonne couverture à un prix souvent imbattable.

Quelle est la spécificité de Valorama ?

Nous sommes sur une niche. Notre vocation est d’offrir nos services aux professionnels du crédit, qui sont souvent mal outillés pour travailler avec certains clients spécifiques. Nos partenaires assureurs nous permettent de répondre aux besoins de personnes étrangères, non-résidentes ou âgées.

A ce titre, Valorama intervient notamment auprès d’assurés américains, qui sont lourdement pénalisés par un cadre réglementaire très contraignant, des expatriés, des personnes en provenance des Emirats et des Anglais. Notre équipe est polyglotte. Les Français représentent moins du quart de notre chiffre d’affaires.

Qui fait appel à vous ?

Nous sommes quotidiennement contactés par des établissements de crédits, dont les dossiers ont été refusés en dernier ressort pour des questions d’assurabilité ou de territorialité. Il s’agit bien d’un certain gâchis, car l’emprunteur est solvable et digne de confiance.

Notre connaissance du métier nous permet de débloquer la situation en moins de 24 heures. Nous acceptons par exemple de travailler avec des PDF signés, ce qui fait gagner du temps.

Nos apporteurs d’affaires le savent bien ; ce sont des banques, des courtiers en crédit, des agents immobiliers et des notaires. Ils nous contactent parfois dans l’urgence car ils ont une épine dans le pied.

Pourquoi les banques sont-elles aussi prudentes ?

A vrai dire, l’assurance emprunteur des banques est standardisée afin de traiter des volumes massifs à un coût industriel.

Valorama intervient sur des risques spécifiques, notamment sur de nombreux métiers qui font l’objet d’exclusion, en raison de risques évidents, comme les pompiers ou encore les travailleurs sur des plateformes pétrolières. Nous venons de trouver une solution pour une salarié syrienne travaillant à l‘ONU, qui est en perpétuel déplacement, donc atypique.

Existe-t-il d’autres populations considérées à risque ?

De nombreux séniors sont condamnés à renoncer à certains projets pour des raisons de financement. Soit les portes se ferment devant eux, ce qui n’est jamais agréable, soit le taux d'assurance proposé fait considérablement augmenter le TEG à des niveaux usuraires.

Loin des préjugés, il faut savoir qu’une personne de 60 ans peut obtenir un crédit avec une prime d’assurance de seulement 0,20%. En dessous de certains montants, il n’y a pas non plus nécessairement de visite médicale.

Les économies potentielles réalisables sur ce poste par des séniors peuvent représenter une part très conséquente du coût du crédit.

Existe-t-il d’autres aspects méconnus de votre métier ?

Je pense que l’assurance homme-clé reste largement méconnue. Pourtant, elle peut permettre d’éviter le pire lorsque dans une entreprise, une personne cruciale à l’activité meurt ou devient invalide.

Il doit s’agir d’une compétence vitale, comme le chef d'un restaurant ou encore un ingénieur, qui dépose de nombreux brevets.

Les PME sont plus sensibles à cette question, notamment lorsque le chef d’entreprise a connu un pépin de santé. En cas de sinistre, l'assurance homme-clé permet d’avoir le temps de se retourner.

Avant de calculer les primes, nous regardons le chiffre d’affaires des 3 dernières années.

Nous sommes 2 à 3 fois moins chers que la concurrence. Pour une prime de 150€ par an, nous pouvons garantir le versement d’un capital de 100.000€ pour une « personne clé » d’âge moyen. Nous avons une dizaine de partenaires sur ce produit.

Acceptez-vous de regarder le dossier de particuliers ?

Bien sûr. En assurance emprunteur, nous intervenons sur des dossiers d’en moyenne 330.000€, le double pour un couple.

Par rapport à une société comme Meilleurtaux, qui vise un public de cadres sédentaires et d’âge moyen, c’est-à-dire mass-market, nous ciblons uniquement 10 à 15% du marché, le haut du panier et tous les cas spécifiques.

Nous faisons tout pour résoudre les blocages rencontrés par nos clients.


Assurance

Pour en savoir plus :

Valorama Paris

Cliquez ici pour accéder au site de Valorama

22 rue des Fossés St Bernard, 75005 Paris

T: +33 1 84 06 93 97 / +33 6 79 61 44 29

Mail : contact@valorama.fr

Pour nous suivre et bénéficier de notre veille et de nos conseils, Carte Financement est aussi sur les réseaux sociaux :

Twitter
LinkedIn