+33.1.86.95.21.65
créée le 19 / 12 / 2013

Combien coûte un crédit en 2013 ?

Le coût d'un crédit en 2013

Crédits immobiliers pour les entreprises

Pour les entreprises comme pour les ménages, le coût d’un crédit constitue un facteur déterminent dans la réalisation d’un projet. Ce coût dépend directement du taux d’intérêt proposé par les banques mais pas seulement. Voici un aperçu des taux actuels ainsi que des différents éléments à prendre en compte lors de la souscription d’un crédit.

D’après la Banque de France, les taux de crédit accordés aux entreprises, ont très légèrement augmenté entre juillet et octobre 2013. Toutefois ces taux restent inférieurs à 3% pour les microentreprises. Ils sont même inférieurs à 2,5% pour les ETI (établissements de taille intermédiaire) et les grandes entreprises. Pour les PME, les taux de crédits accordés aux entreprises se situent aux alentours de 2,3%. Cette légère augmentation s’accompagne d’une demande modérée de la part des PME pour les crédits de trésorerie et d’une demande stable pour les crédits d’investissement. Si la demande est stable, l’obtention de nouveaux crédits augmente légèrement.

Les trois quarts des PME obtiennent un crédit de trésorerie et 90% des demandes d’investissement aboutissent positivement.

Crédits immobiliers pour les particuliers

Pour les crédits immobiliers destinés aux particuliers, la tendance est quelque peu différente. Ces derniers ont légèrement baissé en cette fin d’année 2013. Ainsi selon la Banque de France, les crédits immobiliers à taux fixe sur le long terme, s’élèvent en moyenne à 3,13% en octobre 2013. Les crédits immobiliers à court terme et à taux variables s’élèvent en moyenne à 2,68% en octobre 2013.

Crédits immobiliers pour les entreprises et les particuliers

Baisse des crédits immobiliers

Ces taux pour les entreprises comme pour les particuliers restent bas. Toutefois, selon les données communiquées par les banques, la demande de crédit pour les entreprises comme pour les particuliers est en baisse. Ce chiffre nous parait difficile à estimer réellement car beaucoup de dossiers de crédits sont refusés très en amont du processus d’obtention du crédit et ne rentre ainsi pas dans les statistiques. Si votre conseiller vous refuse lui-même votre dossier en pensant que celui-ci ne pourra pas être accepté par sa hiérarchie ou son comité, la demande ne sera pas officiellement enregistrée. Les conditions d’octroi de crédit ayant été fortement durcies ces dernières années, nous ne serions pas étonnés qu’une grande partie des demandes n’aient pas été prises en compte dans ces statistiques. Cependant, pour contrer ce phénomène de baisse des demandes de crédit, les marges pratiquées sur les crédits de risque moyen, pour les particuliers comme pour les professionnels, auraient été baissées par plusieurs banques.

Ces taux très attractifs diminuent donc le coût du crédit. Ils constituent par conséquent un élément essentiel dans le choix d’un crédit. Toutefois, il est insuffisant pour déterminer le coût réel de l’emprunt. Pour cela, il faut se pencher sur le taux effectif global (TEG) qui prend en compte tous les frais annexes tels que le cautionnement, l’assurance, les frais de dossier. Le TEG concerne tous les financements accordés aux particuliers et aux professionnels (y compris l’escompte et l’affacturage). Les frais de dossier s’élèvent en moyenne à 1% du capital emprunté. Ils peuvent également être négociés. Pour le cautionnement, si vous faites appel à une société spécialisée comme Crédit Logement, une partie de la somme versée à l’établissement vous sera restituée à la fin du crédit.